La Siegessaäule – Colonne de la Victoire

 

C’est une colonne d'apparat monumentale qui s'élève au centre d'un rond-point. Appelée également la place de la grande Étoile, elle donne sur 5 grandes avenues. C'est le point central du Tiergarten, lui même au cœur de la ville. Une statue dorée s'y dresse à son sommet. Elle représente la déesse romaine de la victoire : Victoria.

 

Moi je l’ai découverte en arrivant par une des allées du Tiergarten, et petit à petit au fil de mes pas, elle s’est offerte à mon regard :

 

 

 

 

 

La colonne est ornée de la déesse Victoria ("Goldelse") en bronze doré (8.3 mètres, 35 tonnes) qui est l'oeuvre du sculpteur Drake. Regardez l’aigle posé au sommet de sa tête. C’est le symbole de la Prusse. Sa présence transforme l’ange en une personnification de la Prusse.

 

 

L'histoire du monument renvoie à une allégorie de l'Allemagne prussienne du 2° Reich, lorsque des défilés militaires parcouraient au pas de l’oie l'avenue du 17 juin depuis la porte de Brandebourg. En effet, elle fut conçue en 1865 pour célébrer la victoire sur le Danemark, mais au moment où elle acheva d'être érigée en 1879 la Prusse avait vaincu la France. Elle symbolisa donc l'avènement du nouvel Empire allemand.

 

 

À l'origine située dans la zone du Reichstag, son déplacement par les nazis en 1939 sur la place de la grande Étoile la sauva probablement des destructions de la fin de la guerre, puisque la zone d'origine fut réduite à un tas de gravats.

 

 

Le socle carré est décoré de bas reliefs qui relatent les guerres de libération. Ces derniers furent pris par les troupes d'occupation française après 1945 en guise de prise de guerre, puis restitués à l'occasion du 750e anniversaire de Berlin.

 

 

Il est naturellement possible de monter tout en haut de la colonne. Au rez de chaussée, j’ai découvert une très belle expo de maquettes de monuments européens. Soyons un peu chauvin, voilà celle de Notre Dame de Paris :

 

 

Puis une autre avec le Vatican, qui a un dôme un peu penché (peut être se sont ils trompés avec la tour de Pise ?, après tout c’est dans le même pays) :

 

 

Au pied de l’escalier,  dans le cœur de la colonne, on est immédiatement surpris par les graffitis. Pas un centimètre carré de libre, tout le monde laisse un petit message, c’est surprenant et ça ne fait pas très propre :

 

 

 

Premier arrêt à la Rotonde, elle est ornée d'une superbe mosaïque, réalisée par Anton von Werner, qui retrace l'histoire de l'unité allemande.

 

 

 

Et on recommence la montée « infernale » :

 

 

Au début on y va plein d’ardeur, et puis force est de constater que ça monte beaucoup, heureusement il y a la possibilité de faire quelques haltes pour reprendre son souffle :

 

 

Ça ne se voit pas, mais il y avait beaucoup de monde dans la colonne, et on s’est tous fait piéger en partant pour l’ascension «  bille en tête », à la moitié du parcours, on était tous sur les rotules :

 

 

 

 

Mais arrivé en haut le spectacle qui s’offrait à mes yeux valait bien cet effort.

Pour mieux comprendre les vues prises d’en haut voilà déjà un plan sur lequel les photos sont signalées par un numéro. Il n’y a qu’à faire le tour dans le sens des aiguilles d’une montre de la colonne et découvrir Berlin sur 360°

 

 

1) « Des 17 juni Strasse » ( l’avenue du 17 juin), en direction de l’est avec au fond la porte de Bradenbourg, longueur de la colonne à la porte : 2 kms ( sur la gauche de la photo le début de l’avenue Spreeweg Paul)

 

 

2) la même avenue mais cette fois avec une vue plus proche de la porte :

 

 

3) le parc «  Tiergaten » entre l’avenue du 17 juin et l’avenue «  Hofjägerallee » :

 

 

4) l’avenue « Hofjägerallee » en direction du sud :

 

 

5) le parc «  Tiergaten » entre l’avenue «  Hofjägerallee » et l’avenue du 17 juin, tout au fond du parc se trouve le zoo :

 

 

6) l’avenue du 17 juin en direction de l’ouest, 2 kms au bout se trouve la «  Ernst Reuter Platz » :

 

 

7) l’avenue Altonaer, direction nord ouest :

 

 

8) une partie de Tiergaten entre l’avenue Altonaer et l’avenue Spreeweg Paul :

 

 

9) l’avenue Spreeweg Paul. Sur la gauche de cette avenue on peut apercevoir un grand bâtiment au toit recouvert de plaques de verre. Il s'agit du bureau de la présidence fédérale ( bundespräsidiamant) construit en 1998. Il est aussi surnommé « l’ovale noir » ou « l’œuf du président » en raison de sa forme en ellipse. Sa facade sombre ( que l’on aperçoit pas d’en haut) se marie harmonieusement avec les teintes du parc. :

 

 

Le « tour » de la ville est fini, il ne reste qu’à redescendre, mais au fait combien y avait il de marches ?, rien n’était inscrit en bas au début de la visite, alors j’ai compte : 285 marches, allez retour ça fait quand même …. 570 marches.

 

 

 

 

Copyright © Isabelle Leca. Tous droits réservés. - Site créé avec ThunderSite