Attention : bien attendre que la page soit totalement chargée avant de la visiter, plus de 30 photos c'est long à se mettre en place

   

Les sapeurs pompiers de Singapour : " Singapore Civile Defense Force" 

Aller au bout du monde sans aller voir une caserne de pompiers, ce n'était pas concevable. Je me suis donc rendue à la caserne principale celle de Hill Street. Je n'ai pas pu visiter la caserne, la barrière de la langue m'a encore jouée des tours, peut être aussi que je n'ai pas assez osé, en tout cas les pompiers étaient très accueillants et sympathiques. Mais ce bâtiment abrite aussi un musée extraordinaire, non pas par ses véhicules ou matériels présentés, mais une fois encore par son côté ludique et pédagogique.

A la fin de cette page vous pourrez en savoir plus sur les pompiers de Singapour avec un article paru sur SPMag ( revue de la fédération nationale des sapeurs pompiers de France) de novembre 2004

 Pour visiter le site des pompiers de Singapour ( en anglais) cliquer sur leur bannière :

En 1906, six ans après la fondation du corps de sapeurs pompiers de Singapour, leur quartier général ( Central fire Station) vit le jour. Avec ses murs en briques rouges et blanches ( ces dernières sont en réalité du plâtre blanchi à la chaux) typique de l'architecture anglaise de l'époque d'Edward VII, la caserne se démarque du style néo classique des autres constructions coloniales.

La caserne a été rénovée en 2001. Lors de cette rénovation, des nouvelles places de stationnement ont été créées pour les véhicules lourds, à l'arrière de la caserne. En effet, les garages du début du siècle sont trop petits pour y mettre une échelle de 53 mètres. Seules les trois ambulances sont encore parquées dans la caserne. Le reste de la caserne, inutilisable par les sapeurs pompiers et ambulanciers, est transformé en musée.

Même s'ils dépendent depuis 1982 du même service pompiers et ambulanciers sont deux  corps bien distincts, d'ailleurs à la différence de chez nous les pompiers ne connaissent pas le matériel des ambulanciers et inversement. 21 pompiers et 9 ambulanciers travaillent en permanence dans cette caserne. Au total, 158 personnes sont rattachées à cette compagnie.

Les pompiers travaillent durant 24 heures et les ambulanciers durant 12 heures. Les pompiers

et ambulanciers partagent le bâtiment, la cantine et la centrale. Ils ont le même

commandement. Pour le reste ils sont totalement autonomes : habits différents, etc.

 

Avant de visiter le musée, voilà le seul véhicule "actuel" que j'ai pu photographier :

Le musée

Le rez de chaussée abrite surtout les véhicules anciens

dans la photo ci dessous on peu apercevoir des écrans de télé encastrés dans les coffres latéraux du véhicule, on y voit en boucle des interventions et exercices.

Reconstitution d'un incendie, notez le souci du détail avec la lance posée sur la balustrade en bois, et le dessin sur le mur, on a vraiment l'impression qu'elle crache de l'eau.

Montons à présent à l'étage où le moindre centimètre carré de mur est peint, avec des images d'interventions mais aussi avec beaucoup de messages pour expliquer la vie des pompiers. Là ce sont les véhicules actuels et les différentes types de missions que l'on peut y découvrir 

même les poutres porteuses servent à la décoration

14 casernes sont réparties sur l’île de Singapour avec, en plus, 22  casernes de la protection

civile en cas d'évènements majeurs.

 

 Les maquettes des 14 casernes de l'île sont toutes présentées au 1er étage

Voilà le plan des différents matériels à bord de l'ambulance, voilà ce qu' écrit un pompiers Suisse lors d'une visite à la caserne : " Dans le matériel de l’ambulance, une chose m’a surpris. Une chose que nous n’avons pas en Suisse dans les ambulances. Cette chose, c’est… des parapluies, trois plus particulièrement. Il est vrai que lorsqu’un orage tropical se déverse sur la ville, un parapluie peut nous sauver d’une situation difficile".

Pour la lutte contre l'incendie ils sont équipés avec des véhicules de type européen : PA 90 Dragger, échelle Magirus de 53 mètres sur chassis Scania, Bronto de 37 mètres sur chassis Scania, 5 véhicules Ford, deux fourgons pompes tonnes, un véhicule gaz, matériel feu et ventilation, et petites interventions diverses, à l'exception des inondations qui ne sont pas traitées depuis cette caserne.

 

De nombreuses reconstitutions de scènes d'interventions sont présentées avec des mannequins, c'est criant de vérité.

voilà une intervention de sauvetage - déblaiement dans un parking effondré :

en voilà une autre pour la recherche de victime avec un chien :

et une autre pour présenter les incendies dans une raffinerie, ou entreprise avec des produits dangereux

enfin voilà le coin des enfants, après la visite ils sont invités à faire des dessins qui seront exposés sur les murs. Des enfants qui viennent très nombreux avec les écoles.

 

Extraits du reportage sur les pompiers de Singapour paru dans SPMag de novembre 2004. Le texte et les 2 petites photos sont du lt-colonel Bertrand Domeneghetti, Sdis de la Gironde

Depuis 1982, date de la fusion du Singapour Civil Defense Force (SCDF) et du service d'incendie, pompiers et ambulanciers d'urgence relèvent du même service, avec un CTA unique. Le numéro d'appel est le 995. Les interventions médicales ne relevant pas de l'urgence sont gérées par des ambulanciers privés (n° d’appel 1777, interconnecté avec le 995).

Les missions de la SCDF en termes de protection des populations ont été développées depuis les attentats du 11 septembre et la crise du SRAS. Tous les pompiers suivent des formations et les véhicules pompes sont équipés dans l’idée d’une première réponse face à un attentat NRBC. Des outils spécialisés existent aussi. Un service de la SCDF est ainsi dédié à la gestion de l’alerte des populations et un second à celle des abris (toute nouvelle construction, même individuelle, doit être équipée…). Au-delà de ces premiers grands traits, la SCDF a développé des originalités qui méritent d’être soulignées. S’il existe des volontaires, ces derniers ne sont pas intégrés dans la distribution habituelle des secours. Le complément des pompiers professionnels est assuré par les forces du Service national. Chaque jeune Singapourien doit deux ans et demi à sa patrie et est régulièrement rappelé à l'issue (plusieurs semaines les premières années). Les effectifs assurés par ce biais sont loin d’être neutres et permettent sans doute d'alléger la masse salariale (à peine 40 % du budget), au profit d'investissement valorisant la prestation du SCDF.

L'existence de postes incendie (« Fire Posts ») en complément des centres de secours est une seconde particularité. Les postes incendie dotés d'une ambulance et de moyens d'extinction sont implantés au rez-de-chaussée de bâtiments appartenant à l’administration, de commissariats, de dépôts de bus, de bureaux de poste… Ils permettent d’assurer un maillage serré du territoire sans investissement lourd. Si l’activité opérationnelle le nécessite, ils sont déplacés. Notons d’ores et déjà que ce dispositif associé à d'autres démarches permet d'assurer une couverture du territoire après traitement de l’appel : pour le risque incendie en 8 minutes dans 85 % des cas, pour les urgences médicales en 11 minutes dans 84 % des cas.

Le service des ambulances d'urgence de la SCDF a répondu en 2003 à 79 038 appels d'urgence, soit 8% d'augmentation annuelle directement liés, semble-t-il, à la croissance démographique actuelle. En parallèle,

4 540 appels pour incendie constituent une réduction de 8,2 % de l'activité annuelle en constante diminution depuis 1997. On peut y voir un lien direct avec le renforcement des campagnes d’information du public et des inspections conduites par les officiers de la SCDF. Ces contrôles se traduisent par une chute annuelle des écarts aux référentiels incendie sans doute susceptibles d’expliquer la chute des appels pour incendie. Les « offenses aux règles de sécurité incendie » sont bien tombées à 910 en 2003 (1 459 en 2002).

L’île de Singapour est défendue par 14 centres de secours, soit une moyenne d’un tous les 50 km2. Cette exceptionnelle couverture des risques due en partie à l’importante densité de population, n’a pourtant pas été jugée suffisante. La création des 22 postes incendie complémentaires permet d’assurer la présence permanente de moyens de secours incendie et sanitaire tous les 20 km2 (en moyenne). Il semble qu’aucun point du territoire de l’île de Singapour ne soit à plus de 3 km des moyens opérationnels de la SCDF.

De petits véhicules pour des interventions rapides :

Le Red Rhino: Le « Light Fire Attack Vehicule » ou Rhinocéros rouge relève d’un concept « made in » Singapour. Le Red Rhino est destiné aux attaques immédiates de feux naissants ou légers. Il dispose pour cela de deux réserves de 50 litres d’eau et 50 litres de mousse et, en plus des lances classiques, d’un canon sur tourelle et d’une lance HP. Le véhicule qui peut être alimenté est prévu pour attaquer un incendie tout en se déplaçant. D’un poids total de 5 800 kg, sur un châssis 4 x 4, il peut atteindre un vitesse maximale de 110 km / h. Quarante-huit exemplaires du Red Rhino conçu par la société singapourienne Del Gro sur motorisation Volvo sont en service à la SCDF.

La moto incendie: Toujours dans l’esprit d’une intervention urbaine plus rapide, 36 motos ont été équipées du dispositif d’extinction IFEX 3000 déjà présenté en France. Ces motos qui interviennent systématiquement en binôme sont donc équipées : d’un canon à main, d’une réserve d’eau + émulseur : 2 litres sous 6 bars, d’une réserve d’air de 2 litres à 300 bars assurant la propulsion de l’agent extincteur, d’un régulateur de pressions, d’une réserve complémentaire d’air alimentant le masque du porteur (2 litres 300 bars). La propulsion de gouttelettes à près de 120 m / s optimisant l’efficacité de l’eau est assurée sous 25 bars. Douze « coups de propulsion » sont donc théoriquement possibles, 24 à partir des deux motos engagées. Le temps de recharge est de 3 secondes. Les sacoches contiennent les matériels divers comme les casques ou des « battes à feu plastifiées » permettant d’attendre l’arrivée des secours plus conséquents.

Quelques chiffres

Les ressources humaines de la SCDF
Salariés : 2 033, dont 466 officiers,

ERS (feu et sauvetage) : 1 162, 

paramédicaux : 206, 

civils : 199.

Forces du Service national : à temps plein : 3 109 ;

réserve opérationnelle : 11 106.

Volontaires de la défense incendie  : 9 503.

 

Les moyens de la SCDF
Urgence sanitaire : 55 ambulances, 20 motos « paramédicales ».

ERS pompiers : incendie : 55 engins pompes classiques, 48 « Red Rhino » (voir le texte), 36 motos d’incendie, 22 engins et containers feux spéciaux (mousse, poudre…), 12 échelles pompes, 2 échelles de 52 mètres, 2 plates-formes de 60 mètres.

Divers : pour le sauvetage : 21 engins ; pour les matières dangereuses : 23 véhicules dont 6 pour la décontamination des personnels, 4 pour la décontamination des matériels, 6 pour la décontamination des sites ; pour la logistique et le commandement : 26 véhicules.

 

Les effectifs de la caserne centrale de Singapour Défense incendie et sauvetage :

les ERS (pompiers professionnels) travaillent sur la base d’un 24 / 48. Une vingtaine d’ERS sont assistés d'une quinzaine de jeunes du « Service national ». Chacune des trois équipes (« Rota ») est commandée par un officier et son adjoint DRC (Deputy Rota Commander).

Urgence sanitaire : 3 ambulances, armées chacune par 1 « paramedic », 1 ERS pompier conducteur, 1 ou 2 jeunes du « Service national ». Le centre de secours est sous les ordres d’un « officier in charge » (OC), chef de centre.

 

 

 

Copyright © Isabelle Leca. Tous droits réservés. - Site créé avec ThunderSite